Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 mars 2017 2 28 /03 /mars /2017 17:48

Aujourd’hui, les prévisions météorologiques ne sont pas fameuses : pluies éparses et risque d’orage dans l’après-midi. Pourtant, il fait beau quand nous nous retrouvons à Velars–sur-Ouche avec l’intention de monter d’abord aux Roches du Crucifix. A force de passer à leur pied en autoroute, l’envie est venue d’y monter. Nous commençons par longer l’autoroute au milieu du bruit incessant des voitures et nous apercevons les roches,

Les roches du Crucifix (16/3/2017)

mais un grillage nous empêche d’aller plus loin : nous faisons demi-tour et empruntons cette fois le sentier Jean Sage (sentier des croix blanches). Après être passés sous les roches, nous tournons à droite et commençons la montée. La vue est très chouette

Les roches du Crucifix (16/3/2017)
Les roches du Crucifix (16/3/2017)

Mais la montée est rude, surtout sur roche mouillée. Le sentier des croix blanches justifie sa réputation d’être un des sentiers les plus difficiles de Côte d’Or.

Les roches du Crucifix (16/3/2017)

Nous arrivons à la croix qui domine l’autoroute.

Les roches du Crucifix (16/3/2017)

Nous faisons demi-tour pour pouvoir prendre à droite une combe qui a été baptisée du beau nom de "Combe du Diable".

Les roches du Crucifix (16/3/2017)

Nous passons au milieu de buis qui sont fleuris à présent.

Les roches du Crucifix (16/3/2017)

Et nous arrivons sur le plateau. En beaucoup d’endroits, on a une vue sur Dijon et ses environs.

Les roches du Crucifix (16/3/2017)

Nous arrivons à l’extrémité de la combe Bessey, que nous allons descendre entièrement. Cette combe présente une végétation variée ; à un endroit, nous passons au milieu de mousses et de lichens.

Les roches du Crucifix (16/3/2017)

Mais, nous pouvons aussi voir un bel enchevêtrement d’arbres : deux chênes accolés poussent tout droit, au milieu de deux autres arbres présentant de jolies courbures !

Les roches du Crucifix (16/3/2017)

Nous arrivons au Parc Naturel de la combe à la serpent, bien connu des dijonnais. Nous remontons cette combe, qui nous fournit bientôt de belles tables de pique-nique, au moment où quelques mini-gouttes nous font craindre une pluie prochaine. Mais, cela ne dure pas et nous reprenons la traversée du parc en montant la combe Morgemain, qui nous présente aussi de belles roches.

Les roches du Crucifix (16/3/2017)

Nous arrivons de nouveau sur le plateau, non-loin de Corcelles-les-Monts. Après un petit passage sur la D108, nous obliquons à gauche sur un chemin de terre d’où nous avons encore de jolies vues.

Les roches du Crucifix (16/3/2017)

Nous voyons bien la statue de Notre Dame d’Etang qui vient d’être restaurée.

Les roches du Crucifix (16/3/2017)

Mais la surprise est pour un peu plus tard. Nous arrivons à un endroit où se trouvent de nombreuses anémones pulsatilles. Ces magnifiques fleurs (protégées en Côte d’Or) poussent habituellement début avril et nous sommes heureux de voir les premières de l’année aussi précocement.

Les roches du Crucifix (16/3/2017)
Les roches du Crucifix (16/3/2017)

D’ailleurs, au cours de la balade, nous avons vu de très nombreuses fleurs : par exemple des pervenches.

Les roches du Crucifix (16/3/2017)

Après avoir traversé la combe Bertrand, nous empruntons une combe sans nom. Là aussi, il y a de beaux rochers.

Les roches du Crucifix (16/3/2017)

Il y aussi des arbres qui présentent de belles figures géométriques.

Les roches du Crucifix (16/3/2017)

Et c’est le retour au bercail sans avoir reçu les pluies annoncées.

Repost 0
20 mars 2017 1 20 /03 /mars /2017 17:21

Nous voici de nouveau à Nolay, pour suivre ce sentier créé à la gloire des hommes célèbres de la famille Carnot originaires de Nolay : Lazare Carnot, le révolutionnaire surnommé l’organisateur de la victoire ; son fils Sadi Carnot, physicien et Marie-François-Sadi président de la République. Il fait un temps magnifique et les fleurs poussent partout. Nous partons vers le nord-ouest et commençons par un passage sous un pont d’une voie de chemin de fer désaffectée.

Le sentier des 3 Carnot à Nolay (16/3/2017)

Puis, nous montons au milieu des vignes et des champs.

Le sentier des 3 Carnot à Nolay (16/3/2017)

En arrivant à Cirey, nous admirons le lavoir très bien fleuri.

Le sentier des 3 Carnot à Nolay (16/3/2017)

Nous continuons à monter et sommes maintenant en vue de la vierge en haut de la falaise, où nous arriverons un peu plus tard dans la matinée.

Le sentier des 3 Carnot à Nolay (16/3/2017)

Un joli petit ru descend de la falaise.

Le sentier des 3 Carnot à Nolay (16/3/2017)

Après une petite erreur d’itinéraire, nous atteignons la chapelle St Philippe.

Le sentier des 3 Carnot à Nolay (16/3/2017)

L’intérieur semble en mauvais état, mais à l’extérieur, on peut voir plusieurs coquilles St Jacques gravées

Le sentier des 3 Carnot à Nolay (16/3/2017)

Puis, nous arrivons au-dessus de la falaise. Une croix est placée à un endroit où nous avons une belle vue.

Le sentier des 3 Carnot à Nolay (16/3/2017)

Un peu plus loin, un monument a été placé en souvenir de 3 victimes des nazis en 1944.

Le sentier des 3 Carnot à Nolay (16/3/2017)

En continuant sur le bord de la falaise, nous arrivons à la vierge aperçue précédemment.


 

Le sentier des 3 Carnot à Nolay (16/3/2017)

Nous redescendons ensuite vers le sud-ouest. Après avoir pique-niqué assis sur un tronc, nous arrivons à un endroit où nous voyons un viaduc désaffecté.

Le sentier des 3 Carnot à Nolay (16/3/2017)

Nous traversons Epertully et obliquons vers le nord-est. Un joli chemin aérien nous amène à la Croix Carnot, en assez mauvais état, mais où nous avons une jolie vue.

Le sentier des 3 Carnot à Nolay (16/3/2017)

C’est ensuite la descente vers Nolay. Nous allons voir l’église.

Le sentier des 3 Carnot à Nolay (16/3/2017)

Les halles avec leur magnifique charpente.

Le sentier des 3 Carnot à Nolay (16/3/2017)

Et la statue de Lazare Carnot. Puis, la balade se termine sur la terrasse d’un bistrot, au soleil. Après l’effort, le réconfort !

Le sentier des 3 Carnot à Nolay (16/3/2017)
Repost 0
10 mars 2017 5 10 /03 /mars /2017 17:30

Le temps maussade a dû en décourager certains, et nous sommes peu nombreux à partir de Longeau, au Sud de la Haute-Marne. Effectivement, les pluies éparses annoncées nous ont souvent accompagnés. Nous prenons la petite route qui monte à Verseilles-le-Haut.

De Longeau à Cohons (09/03/2017)

Nous passons devant son église et allons jusqu’à la statue de la Vierge, érigée en reconnaissance après la seconde guerre mondiale.

De Longeau à Cohons (09/03/2017)
De Longeau à Cohons (09/03/2017)

Nous bénéficions d’un beau point de vue sur le réservoir de la Vingeanne, malgré une visibilité médiocre.

De Longeau à Cohons (09/03/2017)

Puis nous prenons vers le Nord un chemin avec des passages boueux. Les cornouillers sont en fleurs.

De Longeau à Cohons (09/03/2017)De Longeau à Cohons (09/03/2017)

Nous arrivons à la ferme de la Valpelle, très beau site que nous ne vous montrons pas en photo, à la demande des propriétaires. Là, comme sur une bonne partie de notre balade, l’eau ruisselle abondamment.

De Longeau à Cohons (09/03/2017)

Nous traversons en face (Nord-Est) une pâture d’où nous apercevons des éoliennes sur le plateau.

De Longeau à Cohons (09/03/2017)

Nous pénétrons dans le bois du Parc où nous pouvons voir des anémones des bois et des scilles, ainsi qu’une « salle à manger ».

De Longeau à Cohons (09/03/2017)De Longeau à Cohons (09/03/2017)
De Longeau à Cohons (09/03/2017)

À la sortie du bois, nous bifurquons à droite pour passer devant une fontaine, puis une croix d’où nous apercevons encore  au loin le réservoir de la Vingeanne.

De Longeau à Cohons (09/03/2017)
De Longeau à Cohons (09/03/2017)

Après avoir traversé le joli village de Bourg, et la dangereuse D974, nous optons pour la petite route tranquille afin de gagner du temps et de marcher sur un sol sec, ce qui nous permet d’arriver à Cohons en passant par la combe Coulardée où nous admirons un parterre de fleurs jaunes, sans doute des renoncules.

De Longeau à Cohons (09/03/2017)

Après être passés devant la magnifique Fontaine Sainte-Marie de Cohons,

De Longeau à Cohons (09/03/2017)

nous trouvons une table de pique-nique bienvenue et, restaurés, nous rejoignons les escargots de Cohons où nous commençons par nous perdre dans le labyrinthe.

De Longeau à Cohons (09/03/2017)

Les escargots de pierre que l’on trouve dans le sud de la Haute-Marne sont des divertissements paysagers, buts de promenades, apparus au XIX° siècle. Le grand escargot a une forme de cône tronqué et on accède à sa terrasse sommitale par un long chemin en spirale.

De Longeau à Cohons (09/03/2017)
De Longeau à Cohons (09/03/2017)

Le second escargot est moins haut, de section carrée.

De Longeau à Cohons (09/03/2017)

Après nous être bien amusés, nous sortons du jardin des escargots par une brèche dans le mur, la porte étant coincée,

De Longeau à Cohons (09/03/2017)

 et nous rejoignons Longeau par un bon chemin Sud-Ouest, sous une petite pluie plus insistante qui s’arrête quand nous arrivons à la voiture.

Repost 0
5 mars 2017 7 05 /03 /mars /2017 19:37

Pour cette reprise des marches de la journée, l’objectif est d’aller contempler les nivéoles, ces superbes fleurs blanches, apparentées aux perce-neiges, qui poussent en cette saison et annoncent le printemps. Pour cela, nous nous retrouvons à l’entrée de la Combe Goa, dans le Val Suzon, où nous avons déjà trouvé des nivéoles à maintes reprises. Mais, cette année, nous essayons un nouvel itinéraire : au lieu de monter directement, nous filons à l’opposé, vers le Suzon avec l’idée de suivre le bord du Suzon en utilisant le petit pont indiqué sur la carte. Mais, ce pont qui avait été construit pour le "tacot" Dijon-Saint Seine-Aignay le Duc, est à présent désaffecté ; il n’y a plus de tablier et il est dangereux de passer par là.


 

Le sentier des nivéoles (2/3/2017)

Nous regagnons donc la route vers Ste Foy et retrouvons l’autre rive du Suzon 600 mètres plus loin.

Le sentier des nivéoles (2/3/2017)

Le petit sentier entre le Suzon et le Bois de Moloué est très agréable

Le sentier des nivéoles (2/3/2017)

Nous observons que les cornouillers sont sur le point de fleurir.

Le sentier des nivéoles (2/3/2017)

Mais, très vite nous voyons de multiples nivéoles, qui nous accompagneront tout au long du sentier. C’est la raison pour laquelle certains d’entre nous baptisent ce chemin "sentier des nivéoles".

Le sentier des nivéoles (2/3/2017)

La nivéole de printemps (leucojum vernum) se trouve en France, dans les bois et prairies des montagnes de l’est, et ça et la dans le nord. Elle est protégée dans certaines régions, comme la Lorraine ; mais elle n’est pas protégée en Bourgogne. En Côte d’Or, le Val Suzon est sans doute un endroit de prédilection pour en trouver.

Le sentier des nivéoles (2/3/2017)

Notre attention est aussi attirée par le Suzon. Du fait des fortes pluies des jours précédents, son niveau est très haut. D’habitude, nous voyons souvent le niveau du Suzon très bas, sans doute du fait que son eau est pompée pour alimenter Dijon. Là, son niveau est très élevé : on observe même des "rapides" !

Le sentier des nivéoles (2/3/2017)

Nous observons en face la Roche Gros, où nous irons un peu plus tard dans la journée.

Le sentier des nivéoles (2/3/2017)

Puis, c’est la fin de ce sentier. Nous traversons la prairie

Le sentier des nivéoles (2/3/2017)

Pour traverser le Suzon, le gué n’est pas très indiqué aujourd’hui ; nous préférons utiliser la petite passerelle qui jouxte le gué.

Le sentier des nivéoles (2/3/2017)

La source de la Fontaine au Chat a beaucoup d’eau aujourd’hui.

Le sentier des nivéoles (2/3/2017)

Elle inonde le chemin que nous prenons d’habitude.

Le sentier des nivéoles (2/3/2017)

Puis, c’est la montée par la Combe de Curtil. Nous allons faire l’aller et retour pour voir l’éperon barré qui se trouve entre la Combe de Curtil et la Combe d’Envolle. On voit bien cet éperon, quand on se trouve de l’autre côté de la Combe d’Envolle.

Le sentier des nivéoles (2/3/2017)

Nous arrivons rapidement au belvédère, d’où on domine la vallée du Suzon.

Le sentier des nivéoles (2/3/2017)

Nous continuons vers le nord-est en suivant le GR2. Nous nous arrêtons au belvédère de la Roche Gros, où nous allons casser la croûte au soleil, avec vue sur les méandres du Suzon et la forêt où nous étions le matin.

Le sentier des nivéoles (2/3/2017)

Au niveau de la source qui se trouve au lieu-dit "les grandes Fontaines", nous quittons le GR2 pour partir à l’ouest voir les vestiges d’une habitation gauloise dans le Bois de Jossam.

Le sentier des nivéoles (2/3/2017)

Nous continuons nos découvertes en allant voir un peu plus au nord, l’entrée du Gouffre de Curtil.

Le sentier des nivéoles (2/3/2017)

Puis, nous partons vers l’est pour retrouver la Combe Goa. Là aussi, de véritables champs de nivéoles nous accueillent.

Le sentier des nivéoles (2/3/2017)

Il n’y a plus qu’à redescendre tranquillement la Combe Goa. Quel dommage qu’une aussi belle balade ait été effectuée pendant les vacances scolaires de notre zone.

Repost 0
25 février 2017 6 25 /02 /février /2017 14:31

Nous démarrons aujourd’hui de Chevigny ; mais, ce n’est pas un des Chevigny côte-d’oriens ; il s’agit de Chevigny, dans le Jura, à quelques kilomètres à l’est d’Auxonne. D’ailleurs, le clocher de l’église a bien un caractère jurassien.

De Chevigny à Rainans (23/2/2017)

Nous partons vers le sud-sud-ouest et admirons la croix d’un calvaire.

De Chevigny à Rainans (23/2/2017)

Nous traversons ensuite les champs. A cet endroit, nous sentons bien le vent.

De Chevigny à Rainans (23/2/2017)

Nous arrivons au bois de l’Argillière, vers le sud-est.

De Chevigny à Rainans (23/2/2017)

Nous voyons beaucoup de traces de chevreuils. D’ailleurs certains d’entre nous en observent 3 qui détalent à notre arrivée (sans que nous ayons le temps de les photographier !).

 

De Chevigny à Rainans (23/2/2017)

Puis, c’est l’arrivée à Rainans. Dans une propriété, il y a énormément de crocus fleuris : c’est superbe.

De Chevigny à Rainans (23/2/2017)
De Chevigny à Rainans (23/2/2017)

Plus loin, vers la sortie de Rainans, nous pouvons voir 2 chèvres bien au chaud, sur la paille, dans un Zodiac.

De Chevigny à Rainans (23/2/2017)
De Chevigny à Rainans (23/2/2017)

Nous partons vers le nord, mais une petite erreur d’itinéraire nous oblige à faire un peu de hors-piste avec passage de barbelés. Cela maintient la forme, mais surtout, à cet endroit nous avons de superbes vues, avec un paysage légèrement vallonné.

De Chevigny à Rainans (23/2/2017)
De Chevigny à Rainans (23/2/2017)

Nous observons aussi le Mont Roland, qui n’est pas très loin.

De Chevigny à Rainans (23/2/2017)

C’est ensuite le retour à Chevigny, en traversant une jolie petite forêt. A l’arrivée à Chevigny, nous pouvons aussi observer l’ancien château.

De Chevigny à Rainans (23/2/2017)

Puis, c’est l’arrêt à la fruitière de Chevigny, où le fromage est excellent.

Repost 0
21 février 2017 2 21 /02 /février /2017 11:39

Le temps est beau, quand nous partons de Flavignerot.

De Flavignerot au mont Afrique (16/2/2017)

Nous montons pour rejoindre le sentier du tour du Mont Afrique

 

De Flavignerot au mont Afrique (16/2/2017)

Près du sommet, on peut voir de beaux rochers

De Flavignerot au mont Afrique (16/2/2017)
De Flavignerot au mont Afrique (16/2/2017)

A plusieurs endroits sur le sentier du tour du mont Afrique, on peut avoir de belles vues, même si le soleil est un peu voilé et que la vue ne porte pas très loin.

De Flavignerot au mont Afrique (16/2/2017)
De Flavignerot au mont Afrique (16/2/2017)
De Flavignerot au mont Afrique (16/2/2017)

Mais, on constate aussi que l’ancien blockhaus, près du bois du camp de César a été tagué. D’habitude, les tags sont plutôt déplaisants; ici, on voit une certaine recherche esthétique, même s’il y a une dégradation complète du site.

De Flavignerot au mont Afrique (16/2/2017)

Et nous avons aussi observé un laurier des bois (Daphne Laureola), pas encore fleuri. Le printemps n’est pas encore pour tout de suite.

De Flavignerot au mont Afrique (16/2/2017)
Repost 0
14 février 2017 2 14 /02 /février /2017 10:25

Contrairement au temps pluvieux de la veille, il fait beau quand nous arrivons au parc de la Bouzaise, à l’ouest de Beaune. Nous commençons par traverser le parc.

La montagne de Beaune (9/2/2017)
La montagne de Beaune (9/2/2017)

Nous avons la chance d’apercevoir une bernache nonnette.

 

La montagne de Beaune (9/2/2017)

Puis, nous arrivons au début de la vigne, avec la "montagne" de Beaune en face.

 

La montagne de Beaune (9/2/2017)

Notre itinéraire comprend de nombreux panneaux explicatifs

La montagne de Beaune (9/2/2017)

Que nous examinons avec plus ou moins d’attention.

La montagne de Beaune (9/2/2017)

Au cours de la montée, la vue n’est pas exceptionnelle, à cause d’une légère brume.

La montagne de Beaune (9/2/2017)

Une fois en haut, nous longeons quelques habitations ; l’une d’elle contient un arbre tout à fait original.

La montagne de Beaune (9/2/2017)

Nous traversons un parcours sportif, puis une petite forêt comprenant quelques beaux endroits.

La montagne de Beaune (9/2/2017)

En commençant la descente, nous arrivons à une stèle réalisée à la gloire des artisans de la pierre et du vin.

La montagne de Beaune (9/2/2017)

Un peu plus loin, nous passons près de la Vierge dressée en souvenir de la libération de Beaune le 8 septembre 1944.

 

La montagne de Beaune (9/2/2017)

Puis, nous redescendons jusqu’à Beaune et retraversons le parc de la Bouzaise, en passant cette fois près de la source de la Bouzaise.

La montagne de Beaune (9/2/2017)
Repost 0
7 février 2017 2 07 /02 /février /2017 16:56

C’est aujourd’hui une balade tout à fait inhabituelle qui nous attend : le circuit du "Mont Chapet" vient d’être réalisé par le Comité Départemental de Randonnée Pédestre de Côte d’Or. Il s’agit d’une balade entièrement citadine, qui permet de mieux découvrir un quartier de Dijon, qui n’est pas habituellement celui qui est visité par les touristes. Nous accédons à la place Darcy par le tram ou en vélo et nous nous retrouvons devant l’ours de Pompon, dans le square Darcy.

Le Mont Chapet à Dijon (2/2/2017)

Nous passons d’abord devant la façade de l’hôtel de la cloche, inscrite à l’inventaire des Monuments Historiques, avant de nous diriger vers la place St-Bernard. C’est l’occasion pour nous de découvrir que les personnages représentés sous St Bernard sont presque tous de la famille des ducs de Bourgogne !

Le Mont Chapet à Dijon (2/2/2017)

Rue Courtépée, nous passons devant la Villa Pernot, ancien siège de la biscuiterie Pernot, également classée à l’inventaire des Monuments Historiques. C’est le souvenir d’une époque où même les installations industrielles étaient belles.

Le Mont Chapet à Dijon (2/2/2017)

Au fond de l’impasse Gagnereaux, nous pouvons voir une tour pseudo-mauresque.

Le Mont Chapet à Dijon (2/2/2017)

De manière surprenante, le plafond du porche de cet immeuble est peint. Voici par exemple une Ste Véronique.

Le Mont Chapet à Dijon (2/2/2017)

Pendant toute la balade, nous avons l’occasion de voir des immeubles ou maisons présentant respectivement des caractéristiques "Art nouveau" ou "Art déco" (pour ceux qui, comme moi, ne sont pas très férus en la matière, je vous conseille la lecture du blog de Christophe Courtois : "Savez-vous faire la différence entre Art Nouveau et Art Déco ? http://christophecourtois.blogspot.fr).

Voici par exemple des maisons Art Nouveau.

Le Mont Chapet à Dijon (2/2/2017)
Le Mont Chapet à Dijon (2/2/2017)
Le Mont Chapet à Dijon (2/2/2017)

Et à présent des maisons Art Deco.

Le Mont Chapet à Dijon (2/2/2017)
Le Mont Chapet à Dijon (2/2/2017)
Le Mont Chapet à Dijon (2/2/2017)

Mais bien d’autres éléments intéressants ont pu être vus au cours de la balade, comme ce jardin partagé, avec réalisation de compost en commun

Le Mont Chapet à Dijon (2/2/2017)

Des citations de Eluard, dans le square Paul Eluard

Le Mont Chapet à Dijon (2/2/2017)

Du jasmin déjà fleuri

Le Mont Chapet à Dijon (2/2/2017)

Une ruelle piétonnière étroite, inconnue des vieux dijonnais que nous sommes

Le Mont Chapet à Dijon (2/2/2017)

Et bien d’autres choses non photographiées, comme ces livres partagés en libre service.

Nous approchons de la fin de la balade en arrivant à la statue de Rude, place Auguste Dubois. Cette statue remplace celle en bronze, fondue par les allemands pendant la seconde guerre mondiale.

Le Mont Chapet à Dijon (2/2/2017)

De là, nous pouvons traverser le square Darcy pour revenir à notre point de départ. Nous n’avons fait que 7 kilomètres environ ; mais cette sortie plus culturelle était la bienvenue, à une période où il n’est pas facile de randonner dans les bois à cause de la chasse.

 

Repost 0
31 janvier 2017 2 31 /01 /janvier /2017 15:22

Le temps froid et ensoleillé perdure. Nous en profitons pour aller voir l’étang de Satenay, dans la plaine, non-loin de Gevrey-Chambertin. Nous partons de l’église de Barges, qui est isolée du village. Tout de suite, nous apercevons une aigrette.

De Barges à l’étang de Satenay (26/1/2017)

Puis un héron.

De Barges à l’étang de Satenay (26/1/2017)

Nous traversons les champs vers l’ouest et arrivons rapidement au grand Etang de Satenay.

De Barges à l’étang de Satenay (26/1/2017)

Il est entièrement gelé et la glace brille au soleil.

De Barges à l’étang de Satenay (26/1/2017)

Il a probablement gelé en plusieurs épisodes et cela laisse un beau méandre sur la glace.

De Barges à l’étang de Satenay (26/1/2017)

Certains audacieux vérifient la solidité de la glace.

De Barges à l’étang de Satenay (26/1/2017)

Puis, nous repartons vers le nord en utilisant le tracé de la voie romaine, toujours rectiligne.

De Barges à l’étang de Satenay (26/1/2017)

Nous obliquons vers l’est, le long du bois de Chèneteau.

De Barges à l’étang de Satenay (26/1/2017)

Puis, nous retrouvons les champs. Notre itinéraire ne nous permet pas de passer près du petit Etang de Satenay, mais nous arrivons près d’un autre petit étang sans nom ; il est privé, mais nous arrivons tout de même à voir le coucher de soleil à travers les barreaux.

De Barges à l’étang de Satenay (26/1/2017)

Puis, nous arrivons rapidement à notre point de départ.

De Barges à l’étang de Satenay (26/1/2017)
Repost 0
23 janvier 2017 1 23 /01 /janvier /2017 19:03

Nous n’avons eu aujourd’hui que 4 kms à faire pour nous retrouver à Couternon. Le temps est toujours froid et ensoleillé. Nous démarrons notre balade de la base de loisirs et commençons par traverser le village. Nous allons jusqu’à l’église, au fond d’une impasse, en retrait de la route principale.

Les étangs de Couternon (19/1/2017)

Puis, nous traversons la Norges sur une jolie petite passerelle.

Les étangs de Couternon (19/1/2017)

Nous allons ensuite longer de grands champs

Les étangs de Couternon (19/1/2017)

Nous passons à côté d’un premier étang privé, où nous n’avons pas accès ; mais à travers les arbres, nous avons la chance de voir deux cygnes s’ébattre sur la glace.

Les étangs de Couternon (19/1/2017)

Et nous arrivons aux étangs de Couternon, au lieu-dit "la grande charme".

Les étangs de Couternon (19/1/2017)

Plusieurs étangs sont séparés par une zone de terre comportant un chemin : cela nous permet de voir les étangs sous toutes leurs facettes. Nous pouvons d’abord admirer de la neige sur le lac glacé.

Les étangs de Couternon (19/1/2017)

Puis, des reflets sur la glace.

Les étangs de Couternon (19/1/2017)

Le soleil donne aux eaux de superbes teintes.

Les étangs de Couternon (19/1/2017)

Des plantes connues sous le nom de "plumeaux" ajoutent du cachet au spectacle.

Les étangs de Couternon (19/1/2017)
Les étangs de Couternon (19/1/2017)

Nous passons aussi à un endroit où il y a un courant. Il n’y a donc pas de glace à cet endroit. Cependant de la glace s’est formée autour des herbes et, là aussi, c’est très joli.

Les étangs de Couternon (19/1/2017)
Les étangs de Couternon (19/1/2017)

Des oiseaux (essentiellement des canards et des foulques) sont regroupés juste à l’endroit où la glace commence. Certains sont sur la glace, et d’autres sont dans l’eau.

Les étangs de Couternon (19/1/2017)

Nous allons aussi faire un tour près du premier étang de Bressey, qui est accessible. Puis nous quittons les étangs à regret. Mais notre guide avait encore prévu une surprise : nous passons par le petit sentier pédagogique comprenant des postes d’observation des animaux, mais aussi une mare pédagogique.

Les étangs de Couternon (19/1/2017)

La mare est évidemment moins animée qu’à la belle saison ; mais nous reviendrons ! Nous retrouvons les champs et nous voila bientôt de retour, très satisfaits de cette balade hivernale.

Repost 0