Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 mai 2016 7 01 /05 /mai /2016 18:18

La balade d’aujourd’hui se situe à Langres en Haute-Marne. Nous avons prévu un circuit utilisant trois sentiers décrits : La croisée des voies romaines, Les fontaines de Langres et Les remparts de Langres. Nous démarrons de la Porte des Moulins et commençons par descendre l’allée de Blanchefontaine, superbement bordée de tilleuls.

Langres : ses fontaines et ses remparts (28/4/2016)

A l’extrémité de cette allée, nous effectuons un petit aller et retour de 200 m vers le nord, pour aller voir la Fontaine du Trou. En effet, Langres perché sur son éperon rocheux s’est toujours posé le problème de son approvisionnement en eau. Les fontaines ceinturent l’éperon, à quelques dizaines de mètres des remparts à la limite entre le socle calcaire et la couche argileuse. La fontaine du trou est simple.

Langres : ses fontaines et ses remparts (28/4/2016)

Mais la Fontaine de la Grenouille (300m plus loin vers le sud) est au contraire richement décorée sur 3 étages de bassins. L'enfant du pays, Diderot, en parle dans ses écrits.

Langres : ses fontaines et ses remparts (28/4/2016)

Nous descendons ensuite vers la vallée de la Bonnelle, joli petit ruisseau tranquille et arrivons à la Fontaine Gallo-Romaine de St-Geosmes.

Langres : ses fontaines et ses remparts (28/4/2016)

En obliquant vers l’ouest, nous atteignons bientôt le fort de la Bonnelle, un des nombreux forts qui entourent Langres. Les grands fossés qui l’entourent sont maintenant à peine visibles, à cause de la poussée de la végétation et aussi parce que c’est un terrain militaire où on ne peut pénétrer. En regardant entre les grilles, on voit cependant l’entrée du fort.

Langres : ses fontaines et ses remparts (28/4/2016)

Nous obliquons vers le nord et arrivons dans la forêt qui domine Buzon. Le sentier nous conduit alors à l’Escargot de Buzon, tout à fait analogue à ceux que nous avons vu à Cohons, il y a un mois.

Langres : ses fontaines et ses remparts (28/4/2016)

Nous cassons la croûte à cet endroit au soleil, puis nous repartons en direction de Langres, dont nous voyons les remparts à présent.

Langres : ses fontaines et ses remparts (28/4/2016)

En haut de la côte, nous allons voir la Fontaine du Président, qui est couverte

Langres : ses fontaines et ses remparts (28/4/2016)

Et nous voilà devant les remparts.

Langres : ses fontaines et ses remparts (28/4/2016)

Avant d’entrer dans la vieille ville, nous passons devant Le Monument de la Libération, à la gloire de ceux qui ont libéré Langres le 13/9/1944.

Langres : ses fontaines et ses remparts (28/4/2016)

Nous passons alors la Porte Boulière et montons sur les remparts

Langres : ses fontaines et ses remparts (28/4/2016)

En partant vers le nord, nous avons ainsi la possibilité de voir plus de trois quarts des remparts. C’est une succession de tours, portes, etc…

 

Langres : ses fontaines et ses remparts (28/4/2016)
Langres : ses fontaines et ses remparts (28/4/2016)

Nous nous amusons comme des gamins !

Langres : ses fontaines et ses remparts (28/4/2016)

Il y a aussi de jolies vues. On voit en particulier la colline de Buzon, où nous étions quelques heures plus tôt.

Langres : ses fontaines et ses remparts (28/4/2016)

On voit aussi le petit train à crémaillère qui desservait autrefois Langres.

Langres : ses fontaines et ses remparts (28/4/2016)

Après un petit détour pour voir la cathédrale, nous terminons le tour des remparts et retrouvons les voitures, contents de notre journée.

25 avril 2016 1 25 /04 /avril /2016 15:26

Après une période assez pluvieuse, nous avons la chance d’avoir du beau temps pour découvrir le camp de Myard à Vitteaux. Nous commençons par la visite de l’église St Germain, qui est ouverte. Cette église, romane à l’origine, s’est vu adjoindre des chapelles gothiques. Le clocher est tors (c'est-à-dire tordu).

Le camp de Myard à Vitteaux (21/4/2016)

Parmi de nombreux centres d’intérêt à l’intérieur, on remarque surtout la magnifique tribune d’orgues en bois sculpté du XVème.

Le camp de Myard à Vitteaux (21/4/2016)

il y a aussi un retable, une statue de St Georges terrassant le dragon, etc…Mais nous avons noté aussi le plafond original de la chapelle nord.

Le camp de Myard à Vitteaux (21/4/2016)

Après cette visite, nous traversons la ville plein sud.

Le camp de Myard à Vitteaux (21/4/2016)

A cette période, les feuilles poussent partout et les arbres sont encore fleuris.

Le camp de Myard à Vitteaux (21/4/2016)

Mais le chemin est souvent gadouilleux, ce qui est logique, compte-tenu de la quantité d’eau qui est tombée les jours derniers.

Le camp de Myard à Vitteaux (21/4/2016)

Les génisses se mettent en ligne pour mieux nous regarder passer.

Le camp de Myard à Vitteaux (21/4/2016)

Mais les moutons continuent tranquillement à vaquer à leurs occupations.

Le camp de Myard à Vitteaux (21/4/2016)

Après un dernier raidillon, nous arrivons sur le plateau de Myard, où une bonne signalisation nous renseigne sur nos ancêtres qui ont occupé cet éperon barré à deux reprises (-6000 et -2000 avant JC). On voit encore les restes du mur avec des vestiges de tour.

Le camp de Myard à Vitteaux (21/4/2016)

Nous pique-niquons à cet endroit, sur un banc avec une belle vue sur Vitteaux et la vallée.

Le camp de Myard à Vitteaux (21/4/2016)

Nous faisons ensuite le tour du plateau, avec une jolie vue sur la vallée de l’Armançon

Le camp de Myard à Vitteaux (21/4/2016)

Sur le plateau, nous remarquons aussi un arbre magnifique, qui a pu pousser de manière harmonieuse, sans contrainte.

 

Le camp de Myard à Vitteaux (21/4/2016)

Nous abordons ensuite le chemin du retour, qui se déroule sans histoire, avec plusieurs passages de clôtures à des endroits aménagés, ce qui nous oblige à un peu de gymnastique.

Le camp de Myard à Vitteaux (21/4/2016)

Et nous voici de retour à Vitteaux. La balade ayant été courte, il nous reste un peu de temps pour visiter la ville. Dans le centre, il y a plusieurs très belles maisons médiévales.

Le camp de Myard à Vitteaux (21/4/2016)

L’office de tourisme est très accueillant. En plus d’une exposition sur le camp de Myard, nous pouvons admirer la cour intérieure typique des maisons médiévales

Le camp de Myard à Vitteaux (21/4/2016)

Nous passons ensuite à l’emplacement du château. Il a été détruit et il ne reste pas grand-chose. Cependant, depuis la Tour de Guet, nous avons une belle vue panoramique sur la ville.

Le camp de Myard à Vitteaux (21/4/2016)

Nous allons ensuite voir la Tour-Porche, qui faisait partie des fortifications et qui enjambe la rivière.

Le camp de Myard à Vitteaux (21/4/2016)

Nous admirons encore le lavoir à impluvium, avant de retrouver la voiture, contents de cette balade variée et comportant de nombreux intérêts historiques. Nous achevons le périple par une visite de l’église de St Thibault, à quelques kilomètres, et qui mérite le voyage !

18 avril 2016 1 18 /04 /avril /2016 19:12

En arrivant à Champrougier, dans le Jura, notre objectif est d’effectuer une partie du circuit des 19 étangs. En effet ce circuit est trop long pour nous et il est facile de le raccourcir. En sortant du village, des génisses dans un parc nous observent et vont nous suivre tant qu’elles le pourront.

Les étangs de la Bresse Comtoise (14/4/2016)
Les étangs de la Bresse Comtoise (14/4/2016)

Nous arrivons au premier étang de la journée, l’étang Seigneur, qui se révèle assez grand.

Les étangs de la Bresse Comtoise (14/4/2016)

Puis, nous partons vers l’ouest à travers le Bois de Champrougier. Nous arrivons à l’étang Guilleminot, beaucoup plus petit, mais très beau, avec les arbres qui se reflètent dans l’eau.

Les étangs de la Bresse Comtoise (14/4/2016)

Nous obliquons alors vers le nord et passons devant l’étang Gros.

Les étangs de la Bresse Comtoise (14/4/2016)

Puis, l’étang de la Cude

Les étangs de la Bresse Comtoise (14/4/2016)

Nous sommes alors sur  un sentier de découverte et nous bénéficions de plusieurs panneaux explicatifs.

Les étangs de la Bresse Comtoise (14/4/2016)

Nous passons non-loin de l’étang du Bois, mais n’y allons pas et continuons vers le nord. Le chemin traverse alors plusieurs rigoles, plus ou moins larges et il nous faut chercher le bon endroit pour traverser.

Les étangs de la Bresse Comtoise (14/4/2016)

A cette période de l’année, la forêt est superbe : on voit encore loin, car il n’y a pas beaucoup de feuilles. Mais, les feuilles apparaissent, avec une jolie couleur vert tendre.

 

Les étangs de la Bresse Comtoise (14/4/2016)

En arrivant à l’étang Faty, une table, sans doute placée là par des pêcheurs, nous tend les bras. C’est un lieu idéal pour le pique-nique.

 

Les étangs de la Bresse Comtoise (14/4/2016)

Nous repartons vers le sud-est. Après une longue ligne droite, nous arrivons à l’étang Thevenon,

Les étangs de la Bresse Comtoise (14/4/2016)

Puis à l’étang Quignard.

Les étangs de la Bresse Comtoise (14/4/2016)

Il y a de l’eau partout, au bord du sentier et l’on entend souvent le plouf que font les grenouilles en se sauvant lors de notre arrivée.

 

Les étangs de la Bresse Comtoise (14/4/2016)

Une rêverie inopportune du guide, nous fait alors rater un embranchement et nous effectuons un peu de hors-piste a travers des broussailles et des épines pour retrouver notre chemin et arriver à l’étang de la Niévache.

Les étangs de la Bresse Comtoise (14/4/2016)

Encore un étang au programme : nous arrivons à l’étang Le Guet, qui est constitué de deux parties distinctes.

Les étangs de la Bresse Comtoise (14/4/2016)

Et c’est le retour à Champrougier. Nous avons vu une dizaine d’étangs, tous différents et pourtant tous pleins de charme. Notre seul regret est de n’avoir vu que peu d’oiseaux ; il faudra revenir à une autre période.

4 avril 2016 1 04 /04 /avril /2016 18:13

Nous partons de Grancey vers le sud et longeons l’enceinte du château.

Autour de Grancey-le-Château (31/3/2016)

A ce moment, nous observons plusieurs couples de crapauds très occupés. C’est le printemps !

Autour de Grancey-le-Château (31/3/2016)

De ce point, nous avons une belle vue d’ensemble sur Grancey.

Autour de Grancey-le-Château (31/3/2016)

Et nous arrivons à l’église St Germain, qui présente une belle architecture romane. C’est l’église paroissiale de Grancey, bien qu’elle soit située à 1 km du village actuel.

Autour de Grancey-le-Château (31/3/2016)

L’église est ouverte pour travaux et nous en profitons pour la visiter, avec les commentaires d’un habitant aimable.

Autour de Grancey-le-Château (31/3/2016)

Autel en marbre rose de Courlon, pierres tombales, statue en bois de St Sébastien, mais aussi baptistère réalisé au siècle dernier par le sculpteur bourguignon Georges Serraz :

Autour de Grancey-le-Château (31/3/2016)

Nous continuons le GR7 le long du mur du château.

Autour de Grancey-le-Château (31/3/2016)

Nous sortons alors de la forêt et avons le plaisir de voir les premières anémones pulsatilles.

Autour de Grancey-le-Château (31/3/2016)

Une petite erreur d’itinéraire nous conduit à traverser l’ancienne voie de chemin de fer. La pente pour arriver à la voie est très raide :

Autour de Grancey-le-Château (31/3/2016)

Mais sur la voie, on ne risque pas de voir arriver un train: Les arbustes poussent entre les rails !

Autour de Grancey-le-Château (31/3/2016)

Nous passons ensuite près de Courlon, qui possède aussi un château

Autour de Grancey-le-Château (31/3/2016)

Puis, nous remontons sur le plateau et traversons des champs.

Autour de Grancey-le-Château (31/3/2016)

En arrivant en vue de Neuvelle, nous obliquons vers l’est en utilisant un joli sentier en bordure de forêt, qui nous conduit  à la superbe allée de Grancey-le Château, bordée de tilleuls centenaires.

Autour de Grancey-le-Château (31/3/2016)

Nous traversons la porte de Bourgogne

Autour de Grancey-le-Château (31/3/2016)

Et nous voici dans le village. A travers les grilles, on peut voir une partie du château (du XVIII , reconstruit à l’emplacement de la forteresse médiévale), ainsi que la collégiale St Jean

Autour de Grancey-le-Château (31/3/2016)

Sur la place du village, on peut voir une réplique en bronze de la ″Diane de Gabies″, statue attribuée à Praxitèle et qui est à présent au Louvre. Une autre réplique en plâtre est à Londres. Cette statue représenterait Minerve.

Autour de Grancey-le-Château (31/3/2016)

Il ne reste plus qu’à redescendre jusqu’au parking où sont les voitures. En descendant, on voit bien les remparts du château

Autour de Grancey-le-Château (31/3/2016)
28 mars 2016 1 28 /03 /mars /2016 15:24

Notre balade d’aujourd’hui se situe en Haute-Marne. Nous partons de Cohons. Après avoir longé le château, nous passons à côté d’un petit ruisseau tufeux.

De Cohons à la source de la Marne (24/3/2016)

Puis, nous arrivons sur des falaises qui dominent la campagne environnante.

De Cohons à la source de la Marne (24/3/2016)

En arrivant au-dessus de Noidant-Chatenoy, un groupe de primevères nous accueille.

De Cohons à la source de la Marne (24/3/2016)

Puis, nous nous dirigeons vers le nord, sur le plateau, au milieu de grands champs de colza.

De Cohons à la source de la Marne (24/3/2016)

Le chemin devient un peu plus vallonné.

De Cohons à la source de la Marne (24/3/2016)

Et nous apercevons Langres sur son promontoire.

De Cohons à la source de la Marne (24/3/2016)

On arrive ainsi à Balesmes-sur-Marne. La marne n’est ici qu’un petit ruisseau.

De Cohons à la source de la Marne (24/3/2016)

Nous suivons le cours de la Marne vers l’Ouest et passons près d’un des premiers ponts sur la Marne.

De Cohons à la source de la Marne (24/3/2016)

La source de la Marne nous attend dans un petit bois, au pied de la Côte des Croix.

Nous cassons la croûte à cet endroit.

De Cohons à la source de la Marne (24/3/2016)

Ensuite, nous allons voir la grotte de Sabinus, dont l’entrée est  assez étroite.

De Cohons à la source de la Marne (24/3/2016)

C’est ensuite la traversée de la forêt domaniale de St-Geosmes sur un chemin bien rectiligne vers le sud. Nous arrivons au-dessus de Cohons et effectuons un petit détour pour aller voir les ″escargots″ de Cohons. Il s’agit d’édifices en pierres sèches construits au XIXième. Le premier est rond et a un chemin en spirale pour accéder au sommet.

De Cohons à la source de la Marne (24/3/2016)

Le second est plus petit et carré.

De Cohons à la source de la Marne (24/3/2016)

Dans la traversée de Cohons, nous passons à la fontaine Ste Marie, datant de 1778 et classée monument Historique.

De Cohons à la source de la Marne (24/3/2016)

Cohons comporte aussi deux beaux jardins, dont l’un en terrasses, que nous n’avons pas le temps de voir : il faudra revenir ; ce village le mérite.

20 mars 2016 7 20 /03 /mars /2016 19:08

Il fait aujourd’hui un temps magnifique, un peu frais le matin, mais sans pluie, sans vent et avec beaucoup de soleil. C’est dans ces conditions que nous partons de St-Seine l’Abbaye, en utilisant le chemin de la marche à l’étoile.

De St-Seine l’Abbaye à Vaux-Saules (17/3/2016)
De St-Seine l’Abbaye à Vaux-Saules (17/3/2016)

En chemin, nous voyons une stèle à la mémoire d’un habitant de St-Seine fusillé par les allemands lors de la guerre de 1870.

De St-Seine l’Abbaye à Vaux-Saules (17/3/2016)

Après être passé à Cestres, nous obliquons vers le nord. Nous arrivons rapidement à une source autrefois utilisée pour alimenter un bel abreuvoir.

De St-Seine l’Abbaye à Vaux-Saules (17/3/2016)

Nous avons à présent une très belle vue sur St-Seine dans la vallée. On distingue aussi les éoliennes de St Martin du Mont.

De St-Seine l’Abbaye à Vaux-Saules (17/3/2016)

La vue est constamment jolie sur la vallée.

De St-Seine l’Abbaye à Vaux-Saules (17/3/2016)

Dans un champ fraichement ensemencé, on distingue un épouvantail original.

De St-Seine l’Abbaye à Vaux-Saules (17/3/2016)

En passant à Cinq-Fonds, on peut aussi voir un bel arbre à lunettes.

De St-Seine l’Abbaye à Vaux-Saules (17/3/2016)

Nous arrivons ainsi à la vierge qui domine Vaux-Saules.

 

De St-Seine l’Abbaye à Vaux-Saules (17/3/2016)

Elle est située sur un grand amas de pierres, sur lequel on peut monter par un escalier en colimaçon.

De St-Seine l’Abbaye à Vaux-Saules (17/3/2016)

L’endroit est idéal pour le pique-nique et nous profitons bien du temps ensoleillé. Ensuite, nous descendons la route raide vers Vaux-Saules. Nous apercevons bien le chemin que nous allons prendre pour remonter de l’autre côté.

De St-Seine l’Abbaye à Vaux-Saules (17/3/2016)

A la sortie du village, une buse sur un piquet ne s’effarouche pas de nous voir passer et continue à guetter du haut de son poste d’observation.

De St-Seine l’Abbaye à Vaux-Saules (17/3/2016)

Le paysage continue à être agréable à regarder.

De St-Seine l’Abbaye à Vaux-Saules (17/3/2016)

En arrivant au Val-de-la-Saule, nous obliquons vers le sud et continuons à traverser un paysage doucement vallonné. Nous arrivons ainsi en vue de St-Seine.

De St-Seine l’Abbaye à Vaux-Saules (17/3/2016)

En entrant dans St-Seine, on distingue un mur avec une tour. Est-ce un vestige d’une ancienne enceinte de la ville ; ou bien n’est-ce qu’un mur clôturant une propriété et incluant un pigeonnier ?

De St-Seine l’Abbaye à Vaux-Saules (17/3/2016)

Dans St-Seine, nous allons voir l’ancien lavoir, en demi-cercle.

De St-Seine l’Abbaye à Vaux-Saules (17/3/2016)

Juste en face, une jolie petite ruelle très étroite nous ramène directement aux voitures.

De St-Seine l’Abbaye à Vaux-Saules (17/3/2016)
16 mars 2016 3 16 /03 /mars /2016 15:07

La balade de la semaine dernière ayant été annulée à cause de la pluie, c’est aujourd’hui le vrai redémarrage des balades de la journée. Pour diverses raisons, nous sommes peu nombreux à nous retrouver à Bligny-sur-Ouche. Le temps est encore un peu frais pour la saison, mais il ne pleut plus et le soleil se montre de temps à autre. Nous montons d’abord à la croix de Mission, qui domine Bligny et d’où on a une jolie vue.

Le sentier de la Vierge Noire (10/3/2016)
Le sentier de la Vierge Noire (10/3/2016)

Le sentier est bien balisé : il nous conduit en forêt domaniale de Bligny où les arbres ont encore leur aspect hivernal. D’ailleurs, on trouve encore un peu de neige par endroits.

Le sentier de la Vierge Noire (10/3/2016)

Seuls quelques cornouillers sont fleuris. On trouve aussi quelques scilles. Mais, nous avons la surprise d’arriver à un endroit où il y a des jonquilles. Un panneau de l’ONF demande de ne pas déterrer les bulbes et de limiter sa cueillette à un bouquet familial. Nous respectons ces consignes logiques.

Le sentier de la Vierge Noire (10/3/2016)

A un endroit, le chemin est un peu détrempé. Mais, finalement, les flaques sont beaucoup moins intenses que ce qu’on aurait pu craindre du fait des pluies récentes.

Le sentier de la Vierge Noire (10/3/2016)

Puis, le chemin tourne vers le sud-est et passe non-loin de l’autoroute du sud, que l’on entend un peu. Nous arrivons au lieu choisi pour le pique-nique ; et, là, stupéfaction, l’endroit a été vandalisé. Le banc en fer, pourtant scellé dans du béton, a été arraché ! Vraiment, il y a des crétins partout !

Le sentier de la Vierge Noire (10/3/2016)

Nous continuons notre sentier dans la forêt, en utilisant le nouveau tracé (très bien balisé) qui évite La Ruchotte. Par endroits, nous observons des bornes qui portent des croix, dont nous ne savons pas la signification.

Le sentier de la Vierge Noire (10/3/2016)

Nous sortons de la forêt au-dessus de Lusigny-sur-Ouche et arrivons ainsi à la Vierge Noire, installée au XIXième sur un rocher isolé.

Le sentier de la Vierge Noire (10/3/2016)
Le sentier de la Vierge Noire (10/3/2016)

En chemin, nous nous interrogeons sur la signification de ces vierges noires. Renseignements pris, il semble que le culte très ancien et très répandu dans le bassin méditerranéen, de madones noires représentait un culte de la fertilité ; la chrétienté aurait ensuite assimilé ces croyances en transformant les madones en vierges.

Nous descendons vers Lusigny. En chemin, nous voyons les entrées de plusieurs grottes.

Le sentier de la Vierge Noire (10/3/2016)

Puis, nous nous dirigeons vers Bligny en utilisant un joli chemin parallèle à la route. A ce moment, le ciel, qui jusqu’ici avait alterné les nuages et les petites éclaircies, se dégage complètement et nous fait bénéficier d’un temps magnifique.

Le sentier de la Vierge Noire (10/3/2016)

En arrivant à Bligny, nous passons devant le lavoir. Il est très joli avec plusieurs ouvertures en demi-cercle qui permettent d’apercevoir l’Ouche qui brille au soleil.

Le sentier de la Vierge Noire (10/3/2016)

Et nous retrouvons le point de départ, très contents de cette reprise des marches de la journée.

2 mars 2016 3 02 /03 /mars /2016 11:53

Notre balade, ce 25 février, démarre d’Urcy sous le soleil. Nous faisons un petit tour au début pour admirer le lavoir avec la sculpture de l’OURS, symbole d’URCY

Urcy (25/2/2016)
Urcy (25/2/2016)

l’église

Urcy (25/2/2016)

et trois sculptures à côté d’une maison

Urcy (25/2/2016)
Urcy (25/2/2016)
Urcy (25/2/2016)

Puis nous prenons la direction des Herbues vers l’est

Urcy (25/2/2016)

et descendons jusqu’à un large chemin en fond de combe. Nous passons à côté de chasseurs pour un des derniers jours de chasse

Urcy (25/2/2016)
Urcy (25/2/2016)
Urcy (25/2/2016)

Nous découvrons quelques scilles et une multitude de nivéoles

Urcy (25/2/2016)
Urcy (25/2/2016)
Urcy (25/2/2016)

Le sentier quittant le chemin pour aller vers l’ouest et remonter vers Urcy est  envahi de plantes, le GPS nous permet de voir son emplacement

Urcy (25/2/2016)

Arrivés à la route, nous repartons pour faire une boucle autour de la butte du bois de Menageon, en passant près du château de Montculot (Lamartine), avec de très belles vues tout le long.

Nous découvrons une source avec des poissons rouges (Fontaine Volant) et une fontaine captée avant de rejoindre Urcy.

20 février 2016 6 20 /02 /février /2016 10:48

En ce jour de vacance scolaire, nous ne sommes évidemment qu’une poignée à nous retrouver dans la plaine, à Véronnes.

Veronnes (18/2/2016)

Le temps est beau ; il n’y a pas de vent. A l’horizon, on ne voit que des champs, avec quelques bois au loin.

Veronnes (18/2/2016)

Nous passons à côté d’une truffière ; des noisetiers et des chênes ont été plantés là pour y accueillir les truffes.

Veronnes (18/2/2016)

Après avoir traversé les champs, nous entrons dans la forêt.

Veronnes (18/2/2016)
Veronnes (18/2/2016)

Une petite réserve d’eau naturelle attend que les animaux viennent boire.

Veronnes (18/2/2016)

Nous trouvons aussi de petites pervenches.

Veronnes (18/2/2016)

A certains endroits, les engins forestiers ont abimé le terrain, nous laissant de la boue à traverser.

Veronnes (18/2/2016)

Mais nous sommes récompensés par la découverte de jonquilles, qui sont très en avance cette année.

Veronnes (18/2/2016)

Puis, nous sortons du bois

Veronnes (18/2/2016)

Et retournons à Veronnes, après avoir fait une balade presque printanière.

Veronnes (18/2/2016)
13 février 2016 6 13 /02 /février /2016 09:22

Après deux randonnées pluvieuses, enfin il ne pleut pas quand nous arrivons près du site du ″ru blanc″. Les pluies éparses annoncées par la météo ne sont pas là et le temps est idéal pour la marche. Nous réservons l’arrivée au ru blanc pour la fin de la balade et commençons vers le sud-ouest par une montée à travers la forêt communale de ST-Martin du Mont, en direction de Bordes-Pillot.

Le ru blanc par Bordes-Pillot (11/2/2016)

Pendant la montée, plusieurs surprises nous attendent : d’abord, nous trouvons les premières fleurs de cornouiller

Le ru blanc par Bordes-Pillot (11/2/2016)

Puis, les premières nivéoles (elles ont au moins 3 semaines d’avance sur les années passées)

Le ru blanc par Bordes-Pillot (11/2/2016)
Le ru blanc par Bordes-Pillot (11/2/2016)

Nous sortons du bois et arrivons en vue du château d’eau de Bordes-Pillot. Nous continuons, jusqu’à la jonction avec le sentier Bouton d’Or du Tour du Val-Suzon. De là, nous avons une vue dégagée sur la campagne environnante.

Le ru blanc par Bordes-Pillot (11/2/2016)

On voit aussi des endroits où les sangliers ont beaucoup remué la terre.

Le ru blanc par Bordes-Pillot (11/2/2016)

Nous rejoignons ainsi le tracé du GR2, que nous suivons vers l’est. Nous nous trouvons sur l’ancien tracé du tacot qui a relié St Seine l’Abbaye à Dijon de 1904 à 1944. Nous amorçons doucement la descente.

Le ru blanc par Bordes-Pillot (11/2/2016)

Et nous tombons sur de véritables champs de nivéoles.

Le ru blanc par Bordes-Pillot (11/2/2016)

Nous descendons la Combe Rat et arrivons à un ancien pont du tacot. Nous quittons la trace du tacot à cet endroit, pour descendre vers la source du ru blanc toute proche.

Le ru blanc par Bordes-Pillot (11/2/2016)

Le ru blanc a de l’eau en abondance aujourd’hui

Le ru blanc par Bordes-Pillot (11/2/2016)

Et nous préférons ne pas utiliser le gué du GR2, et contournons la source pour ne pas nous mouiller trop les pieds. Nous observons ainsi des pervenches déjà fleuries.

Le ru blanc par Bordes-Pillot (11/2/2016)

Sur plus d’un kilomètre, nous suivons le cours du ru blanc ; c’est une succession de cascades

Le ru blanc par Bordes-Pillot (11/2/2016)

De petits plans d’eau retenus par la roche tufeuse.

Le ru blanc par Bordes-Pillot (11/2/2016)

On dirait un torrent de montagne.

Le ru blanc par Bordes-Pillot (11/2/2016)

Peu avant l’endroit où le ru blanc se jette dans le Suzon, nous voyons un arbre cassé par la tempête récente, tombé au milieu du ru.

Le ru blanc par Bordes-Pillot (11/2/2016)

A l’arrivée, un panneau nous indique que le site du ru blanc est classé Natura 2000 : ce site le mérite ! Toute la balade a été effectuée sans pluie, mais les pluies éparses prévues par la météo, se manifestent alors que nous sommes en voiture sur le chemin du retour !